La nature a cette capacité extraordinaire de nous offrir ce qu’elle a de plus beau. Cependant, l’impact humaine a depuis de nombreuses années mise en péril la survie des saumons notamment sur le rivière des Escoumins. C’est la passion et l’implication de quelques uns qui nous permet de continuer aujourd’hui de vivre notre passion de pêcheur sur cette rivière. L’équipe actuelle veut faire vivre cet engagement par une réflexion et des études pour permettre d’engager des actions. Notre but étant de redonner à la rivière des Escoumins son lustre d’Antan…
Au Québec, un peu plus de 9 000 saumons sont annuellement remis à l’eau par les pêcheurs sportifs, ce qui représente près de 50% des captures sportives pour cette espèce. Cette méthode de gestion, de plus en plus utilisée en Amérique du Nord comme en Europe, a pour but de promouvoir la conservation du saumon atlantique tout en permettant la pêche sportive et en favorisant le maintien de cette activité à long terme. Néanmoins, certaines questions peuvent se poser : quelles sont les chances de survie d’un saumon après la remise à l’eau pour les rivières du Québec? Réussira-t-il à se rendre sur les sites de frai pour se reproduire et ainsi participer au maintien de la population de la rivière?
Une équipe de chercheurs de l’université Laval à Québec a étudié l’impact de la remise à l’eau sur la reproduction du saumon.
Une étude sur deux années a permis de voir plus clair dans le comportement du saumon. Il a été établi que certains de ceux-ci pouvaient passer jusqu’à six semaines avant de trouver la passe migratoire. L’étude n’a pas pu déterminer si certains saumons retournaient en mer faute de trouver le passage vers l’amont. Il a aussi été constaté que les saumons qui avaient franchi la passe migratoire filaient vers le Grand Sault très rapidement sans trop s’arrêter sur les 7 km de distance. Lire le compte rendu